Atlas Halieutique
UEMOA , Atlas de l'enquête cadre de la pêche maritime artisanale    

Togo

Thématique Economie - Filière pêche

L’activité de pêche au Togo soit réalisée par des équipements rudimentaires dans les pêcheries artisanales. Ces différents moyens de production ont des coûts et des caractéristiques selon leur mode et leur utilisation. Ainsi, dans cette thématique nous évaluerons les coûts liés aux engins et aux moyens de production en pêche maritime artisanale au Togo.


Sources :

1- Caractéristiques des coûts liés aux moyens de production

Prix d'achat moyen et longueur moyenne des différents types d'unités de pêche


[2016-11-15]


La pirogue monoxyle améliorée (pirogue type ghanéen) est plus chère (1 648 000 F CFA en moyenne) que la pirogue en planche (728 000 FCFA en moyenne), car elle a une durée de vie plus élevée et est de plus grande taille

La fabrication d’une palangre coûte en moyenne 65 000 FCFA contre 500 000 F CFA pour un filet maillant, 6 000 000 FCFA pour une senne de plage et 7 500 000 FCFA pour une senne tournante. La senne tournante reste l’engin le plus cher suivie de la senne de plage, des filets maillants et des palangres avec des prix comparables dans les deux préfectures.

Pour l'engin principal

Prix moyen d'achat filets


[2016-11-15]

Prix moyen autres engins


[2016-11-15]



Dépenses moyennes par sortie pour la pêche (Pêcheurs de jour)


[2016-11-15]


La principale dépense des pêcheurs, de jour comme de marée, reste le carburant, suivi des appâts, de la glace et de la nourriture. L’étude montre que la pêche de marée engendre plus de dépenses que la pêche de jour.

Ces dépenses sont plus élevées dans la préfecture du Golfe que dans celle des Lacs à cause de l’intensité des activités de pêche au port de pêche. Ceci est dû notamment au professionnalisme des pêcheurs du port de pêche de Lomé qui utilisent de grandes quantités d’appâts. Les dépenses sont plus élevées pour le carburant. Aussi, le prix des engins de pêche varie en fonction de la longueur et du type de filet. Ainsi, les engins les plus chers sont les sennes et les pirogues les plus chères sont les monoxyles améliorées. La pêche de marée engendre plus de dépenses que la pêche de jour.

Dépenses moyennes par sortie pour la pêche (Pêcheurs de Marée)


[2016-11-15]


2- Utilisations de la production

Mode de rémunération de l'équipage


[2016-11-15]


Le mode de rémunération de l’équipage est soit à la part, en nature, au salaire fixe et au salaire fixe à part variable. La rémunération sous forme de salaire fixe et part variable est répandue (mode de rémunération moderne et qui offre plus de sécurité aux marins). Néanmoins, les modes de rémunération privilégiés diffèrent entre les deux préfectures : la rémunération en nature est plus répandue dans la préfecture du Golfe tandis que la rémunération à la part se retrouve plus dans les Lacs.

Dans la préfecture des Lacs, les modes de rémunération à la part (47%), au salaire fixe et part variable (29%) et en nature (21%) sont plus répandus, tandis que dans la préfecture du Golfe les modes de rémunération en nature (40%), au salaire fixe et part variable (25%) et à la part (26%) sont plus répandus.

Pourcentage moyens des utilisations du poisson capturé


[2016-11-15]


Plus de 74% du poisson capturé est vendu frais (70% dans la préfecture du Golfe contre 78% dans les Lacs). Cependant, une part est réservée pour l’autoconsommation (13% dans la préfecture du Golfe contre 10% dans la préfecture des Lacs) et les dons (9% dans la préfecture du Golfe contre 6% dans la préfecture des Lacs). Enfin, le poisson invendu est transformé (1 % dans la préfecture du Golfe contre 4 % dans la préfecture des Lacs). Les pertes post captures sont plus élevées dans la préfecture du Golfe (6 %) que dans la préfecture des Lacs (2 %).

Chiffre d'affaire moyen déclaré par sortie
pour l'engin principal


[2016-11-15]


Chiffre d'affaire moyen déclaré par sortie
pour l'engin principal


[2016-11-15]


Le chiffre d’affaires déclaré par sortie pour l’engin principal est plus élevé dans la préfecture du Golfe (226 000 FCFA) que dans la préfecture des Lacs (78 000 FCFA). Cela s’explique par l’importance dans cette préfecture de la pêche à la senne tournante dont le chiffre d’affaires le plus élevé.

Conclusion sous-thématique

En conclusion, le poisson capturé est généralement vendu frais à plus de 70 % et les modes de rémunération les plus répandus sont soit, à la part, en nature, au salaire fixe et au salaire fixe et part variable. Le chiffre d’affaires moyen par sortie est plus élevé dans la préfecture du Golfe.

Importance de la commercialisation et la transformation sur les sites de débarquement

Nombre d'opérateurs
qui viennent sur les sites
prendre du poisson frais


[2016-11-15]

Le poisson frais est souvent convoité par quatre types d’opérateurs au Togo : les mareyeuses et micro- mareyeuses (généralement plus nombreuses), les transformatrices et quelques acheteurs pour les usines. La présence de ces opérateurs se fait plus sentir dans la préfecture des Lacs. On a recensé 205 mareyeurs ; 448 micro-mareyeurs ; 283 transformatrices. Dans la préfecture du Golfe, leur nombre est de 125 mareyeurs ; 39 micro-mareyeurs 91 transformatrices. Cette situation trouve son explication dans le fait que dans la préfecture du Golfe, où se trouve le port de pêche, ces produits sont groupés et expédiés tandis que dans les autres sites, notamment dans les préfectures des Lacs, ce sont ces opérateurs qui s’y rendent pour collecter le produit frais. Par contre, les acheteurs pour usines sont plus nombreux dans la préfecture du Golfe (125) que dans la préfecture des Lacs (37) à cause du poisson noble qui est recherché au port de pêche qui se trouve dans la préfecture du Golfe.

Pour la collecte de ces produits frais, les opérateurs utilisent souvent comme moyen de transport, les motos, les taxis et les charrettes. Le taxi moto reste le moyen de transport le plus utilisé. Son utilisation est plus remarquée dans la préfecture du Golfe (486) qui est plus à proximité de la capitale que dans la préfecture des Lacs (80). Ensuite viennent les taxis (66 dans la préfecture du Golfe contre 30 dans la préfecture des Lacs).

On observe beaucoup d’achats en frais dans la préfecture du Golfe alors que dans la préfecture des Lacs, ils achètent plus de produits transformés.

Pour les expéditions par semaine des produits transformés, la moto, le taxi et les camions restent les moyens de transport les plus utilisés. Mais c’est l’inverse, le taxi moto est plus utilisé dans la préfecture des Lacs (198) que celle du Golfe (13) car, les produits transformés ne sont pas vendus sur place mais convoyés vers la capitale une fois transformés.il en est de même pour le taxi (74 dans la préfecture des Lacs contre 9 dans la préfecture du Golfe).

Pour les produits frais, nombre d'expéditions par semaine


[2016-11-15]

Pour la transformation, nombre d'expéditions par semaine


[2016-11-15]

Pourcentage de sites déclarant des types de produits transformés achetés par des commerçants


[2016-11-15]


On rencontre quatre types de produits de pêche transformés achetés par les commerçants au Togo et qui sont par ordre d’importance: le fumé (41%), le salé séché (20%), le frit, le fermenté séché (13%), et le braisé (2%). Dans la préfecture du Golfe 60% des produits transformés sont fumés et les autres type de produits transformés occupent chacun 20% (le fermenté séché et le frit). Dans la préfecture des Lacs, le fumé et le salé séché occupent la première place avec chacun 22 % mais apparait également la friture (5%) et le braisage (5%) de certains espèces pour les restaurants qui sont au bord de la plage.

Conclusion sous thématique « importance de la commercialisation et de la transformation sur les sites de débarquement»

En somme La pirogue monoxyle améliorée (pirogue type ghanéen) est plus chère. Pour la collecte des produits frais, les opérateurs utilisent souvent comme moyen de transport, les motos, les taxis et les charrettes. La principale dépense des pêcheurs, de jour comme de marée, reste le carburant, suivi des appâts, de la glace et de la nourriture. La pêche de marée engendre plus de dépenses que la pêche de jour. Le mode de rémunération de l’équipage est soit à la part, en nature, au salaire fixe et au salaire fixe à part variable. Le poisson frais est convoité par les mareyeuses et micro-mareyeuses (généralement plus nombreuses), les transformatrices et on y rencontre quatre types de produits de pêche transformés achetés par les commerçants.

En savoir plus

Citation :

Fiche Togo,

UEMOA (2014) : Atlas UEMOA des pêcheries maritimes artisanales de l'UEMOA. Programme régional de renforcement de la collecte des données statistiques des pêches dans les Etats membres - © 2015. http://atlas.statpeche-uemoa.org/atlas_ecpma/

Coordination générale : Maria Luisa Ferreira, Directeur des Ressources Animales et Halieutiques, Département de la Sécurité Alimentaire, de l’Agriculture,des Mines et de l’Environnement  ( DSAME), Diegane NDONG, Chargé des Ressources Halieutiques

Système d’information et équipe d’experts d’appui : Jérôme Guitton, Pierre Morand, Pierre Chavance, Carole Escaravage, Mohamed Soumah et Nolwenn Cozannet

Fiche expertisée par: Dr Ali Domtani, M. AHOEDO Kossi, M. FOLIKOUE Ekoué, M. BEIGUE ALFA P'ham